J’ai eu la chance d’accompagner Gilbert Bayon…

J’ai eu la chance d’accompagner Gilbert Bayon et toute son équipe d’ERM pour le premier voyage retour en Éthiopie avec de jeunes adoptés en 2005. Plongée dans une culture différente je découvrais les familles « dites d’origine », leur façon de vivre la parentalité, le rapport éducatif à leurs enfants, la notion de survie, le manque de moyens, leur façon de s’exprimer. Professionnellement parlant, beaucoup de situations me paraissaient ingérables comme l’adoptabilité des enfants, la fragilité des renseignements filiaux, l’absence d’état civil, la difficulté de vie dans les orphelinats, les traumatismes de l’abandon.

Loin d’ignorer ces faits, Gilbert et les membres de son équipe accueillaient amicalement chaque personne, prenaient le temps d’écouter, partageaient l’incontournable « bouna » préparé avec soin dans chaque foyer, notaient patiemment les renseignements concernant la filiation des enfants adoptés, participant au voyage. Le drame de la misère et de l’abandon, la violence vécue au sein des familles, les mensonges, semblaient un temps s’arrêter, contenus par la force du respect et de l’attention réciproques portés à chacun. Alors la magie de cette position éthique, qui pour Gilbert était animée de sa foi chrétienne, éclairait les visages, animait la rencontre, ouvrait les échanges aux éclats de rire et à la joie de se savoir reconnus dans sa propre humanité : comme un rien d’amour redonnant l’espoir. Comment ne pas se souvenir de l’ingéniosité de l’association pour trouver des réponses aux soucis de chacun, sachant l’impossibilité de combler totalement les besoins, mais acceptant de donner une simple participation. De cette mission naissait la joie partagée de servir le bonheur dans ce contexte souvent souffrant de l’adoption.

C’est bien de cette position éthique profondément humaine, vécue spirituellement par son fondateur, que les deux associations ARM et ERM vivent encore. En cela elles m’ont beaucoup appris pour ma vie personnelle comme professionnelle. Qu’elles en soient ici remerciées.

Docteur Marie-Pierre Labrosse, Pédopsychiatre
Médecin hospitalier retraitée

La publication a un commentaire

  1. Christine Laroche

    Bonjour,
    Nous sommes parents de trois garçons adoptés en Ethiopie par ERM. L’agrément obtenu nous avions des réponses positives dans plusieurs associations dont une proche de notre région qui oeuvrait en Ethiopie. Nous avons fait le choix de passer par ERM en raison de l’accompagnement proposé autour des racines, de l’accompagnement psychologique et des parrainages. J’ai beaucoup de gratitude envers Christine et Gilbert. Christine a eu l’intuition de demander des informations supplémentaires sur l’histoire des garçons ce qui nous a permis d’avoir les éléments factuels sur leur histoire et de pouvoir les accompagner en vérité. Les éléments transmis par les services sociaux n’étaient pas “complets” et elle a eu le souci de vérité , Gilbert a retrouvé la maman biologique des garçons lors d’un voyage en Ethiopie. Nos enfants peuvent se construire en honorant leur racines éthiopiennes et nous avons pris le relais sans leur voler ni leur histoire ni leur identité profonde, nous avons pris la suite d’une histoire qu’ils ont à construire. Gilbert et Christine nous ont permis de transmettre l’essentiel pour nos enfants : Des racines et des ailes. MERCI

Répondre à Christine Laroche Annuler la réponse