La diffamation et les mensonges, ça suffit !

Notre organisme autorisé pour l’adoption Les Enfants de Reine de Miséricorde (ERM) fait l’objet d’une campagne de diffamation relayée par plusieurs médias et en particulier par le magazine Causette, puis par d’autres médias que sont France Culture, France Inter, France Bleue, La Manche Libre, le quart d’heure de Radio France, Le Parisien – Aujourd’hui en France. A chaque fois une jeune femme adoptée par l’intermédiaire de notre association, Julie Foulon, se fait interviewer. A plus de dix reprises, elle impose son seul récit. Une seule fois seulement, un journaliste a accepté de publier le témoignage d’une adoptée exprimant son soutien à l’action d’ERM.

Le plus grave est que Julie Foulon (JF) ne dit pas la vérité et se rend coupable de diffamation en tenant aujourd’hui des propos accusant ERM d’adoptions illégales en contradiction avec son propre récit publié dans son livre « Sara et Tsega ». Pour lui répondre, ERM a interrogé les diverses personnes qui sont intervenues dans le processus d’adoption de Julie et sa sœur en Ethiopie. ERM tient les preuves de ces contrevérités. Cela nous permet de dire le vrai sans trahir le secret de son dossier d’adoption.

  • JF cache qu’elle a envoyé à Gilbert Bayon, ancien président d’ERM, un exemplaire de son livre avec une belle dédicace : « Dieu merci que des personnes comme vous existent. Merci pour tout ce que vous avez fait ». Pourquoi et pour qui en vient elle à le discréditer deux mois plus tard et refuser tout contact, toute possibilité d’échange avec ERM ?
  • JF explique dans son livre et sur la webradio de « la voix des adoptés » que sa maman lui a demandé de mentir, de dire que sa mère est morte, ce qui nous est confirmé par ailleurs. Six mois plus tard, elle dit à France Culture que c’est l’homme qui l’a accompagné à Addis Abeba qui lui a demandé de mentir. Ce travailleur social salarié de l’administration éthiopienne le dément formellement. Et, dernièrement, elle déclare au Parisien – Aujourd’hui en France que deux blancs sont venus chez elle et lui aurait dit de mentir. Qui peut croire une telle troisième version qui voudrait démontrer l’illégalité de cette adoption ? Rappelons encore que seule l’administration éthiopienne décide de l’adoptabilité d’un enfant et décide ensuite de l’attribuer à un organisme d’adoption.
  • JF affirme que la deuxième lettre reçue de sa mère biologique est un faux! Qui peut croire qu’ERM se serait donner le mal d’écrire des fausses lettres en amharique alors que nous avons systématiquement favorisé la recherche des familles d’origine ? Son argument est que sa mère a écrit qu’elle se disputait avec ses filles, ce qui ne serait pas vrai. C’est pourtant Julie elle-même qui évoque ces disputes dans ses écrits.
  • JF dit qu’elle a attendu 2017 pour retrouver sa mère biologique alors que ERM a mis en relation sa famille adoptive avec sa mère 10 ans plus tôt, ce dont nous détenons des témoignages et des preuves irréfutables, dont une photo montrant sa mère biologique ayant à la main une photo de Julie et de sa sœur Marie en Normandie.

L’éthique d’ERM est d’apporter son aide aux adoptés qui en font la demande, en particulier pour retrouver les familles d’origine. Par respect pour eux, et pour Julie Foulon en particulier, nous n’avons pas voulu jusqu’à présent mettre en cause cette jeune femme dans nos réponses aux médias. Ça suffit ! Par ses interventions incessantes auprès des médias, qui se plaisent à faire le buzz sur la base d’informations non vérifiées, par des propos toujours plus éloignés de la vérité, et par dessus tout par les troubles parfois graves qu’elle provoque au sein de la communauté des adoptés, qui vivent chacun une histoire qui leur est propre, Julie Foulon ne mérite plus d’indulgence de notre part et devra assumer les conséquences de ses diffamations et mensonges.

Cet article a 4 commentaires

  1. Daniel Peyret

    ‌ERM nous a permis l’adoption de notre fils et nous sommes éternellement reconnaissant à Christine et Gilbert pour tout le bonheur qui nous a été donné.
    Pourtant, nous avons appris plus de 12 ans après l’adoption que les parents éthiopiens de notre fils étaient tout à fait vivants. Pendant 12 ans nous avons parrainé ses 2 sœurs aînées à Bahir-Dar qui se sont fait passées pour des orphelines. Finalement une fois leur scolarité terminée et le parrainage n’ayant plus lieu d’être, une des sœurs a craqué et a tout révélé.
    Ce fut un grand choc pour nous. Mais la lettre qu’à envoyé sa famille éthiopienne à notre fils expliquait clairement que le mensonge venait d’eux qui avait abandonné notre fils en disant qu’il n’avait plus de parents afin qu’il aille en Europe faire des études et ensuite être capable de subvenir à la famille.
    Donc en aucune façon, ERM ne pouvait être tenue pour responsable du mensonge.
    Suite à cela mon fils nous a interdit de rester en contact avec sa famille éthiopienne.
    Il ne peut leur pardonner de l’avoir volontairement abandonné et d’avoir menti pendant 12 ans pour des raisons financières.
    En conclusion, nous avons tous les documents montrant qu’effectivement notre fils n’était pas orphelin contrairement à ce qui nous avait été dit et que l’origine du mensonge est la famille éthiopienne et en aucun cas ERM qui a été comme nous victime de cette sinistre conspiration familiale.
    Je suis bien placé pour montrer que M. Mme Bayon n’ont jamais été sectaires. En tant que protestants, ma femme et moi, ils n’ont jamais émis la moindre réserve pour nous accepter comme parents adoptants.
    Ayant participé aux rassemblements de Montligeon et aux rassemblements organisés régionalement à la Pourraque, jamais d’obligation à participer à la messe ni aucune pression n’a été exercé sur les familles.
    Assimiler les familles de ERM à des catholiques intégristes est une pure calomnie. Chacun était libre de sa pratique ou non pratique religieuse.
    Bien entendu, M. Mme Bayon ne dissimulaient pas leur foi mais est ce un crime de croire ?
    En contact avec de nombreuses familles ERM, je n’ai jamais constaté de comportements sectaires ni de jugement de personne.
    Toutes leurs actions ont été motivées par l’amour que le Christ a mis dans leur cœur “pour venir en aide à” des centaines d’enfants qui ont pu, grâce à ERM, comme Timothée, grandir dans une famille aimante et devenir des adultes heureux et épanouis.
    Soyez assurés que si besoin je serai prêt à témoigner devant un juge.

  2. Aurélien Waechter

    Les faits parlent d’eux-mêmes et méritent une large diffusion. Merci pour votre travail de recherche et votre dévouement.

  3. Nathalie et Jacques Bacher

    Un grand travail de recherche et des éléments circonstanciés retraçant l’histoire de cette jeune fille et démontrant la dynamique du mensonge. Cela va permettre enfin de rétablir la vérité et de protéger autant que possible les autres enfants adoptés. Comme François Vivier l’écrit : ça suffit!
    Bien cordialement

  4. Nathalie Gabreau

    Merci pour cet écrit. Nous avons à présent tous les arguments et détails nécessaires pour contrer les paroles diffamatoires.
    Bien à vous

Répondre à Nathalie et Jacques Bacher Annuler la réponse